Pour la première fois de ma vie, j’allais dormir au dessus de 4000 mètres d’altitude dans ce village nomade situé près du lac Tso Kar au Ladakh en Inde. Nous étions même à  4800 mètres d’altitude tout juste, 10 mètres en dessous du toit de l’Europe, le Mont-Blanc ! Ce soir là, c’était la nouvelle lune, il n’y avait pas un seul nuage, aucune pollution et quasiment aucune lumière hormis celle des tentes des nomades : le ciel était juste magnifique. Toutes les conditions étaient parfaites pour photographier la voie lactée. Vous trouverez ici toutes les étapes à ne pas oublier !

Préparatifs et repérage

Le vent était glacial. A l’intérieur de la tente de notre famille d’accueil, avec  la famille de nomades, nous étions pas mal auprès du feu à partager nos “momos” (plats typiques ladakhi).  Enfin, il fallait à un moment donné je retourne bravé les conditions extrêmes pour le “cambodgien” que je suis devenu pour retourner dans ma tente. Je m’étais préparé avec deux paires de pantalon et plusieurs couches sur le haut du corps, gants et bonnet… le vent allait me “transpercer” mais j’allais en prendre plein les yeux.

Remerciant nos hôtes, je me préparais doublement pour garder ma tête et mon corps au chaud et pour la photo du soir ! La voie lactée était visible à l’œil nu. Magnifique ! Je la voyais très bien en noir et blanc finalement. Je savais que l’appareil photo, plus sensible la photographierait en couleurs, d’autant plus que je pouvais viser le bulbe galactique, riche en nébulosités colorées. Je le savais évidemment car tout ceci avait été préparé et anticipé… mais tout de même quelle surprise à la fin de la prise de vue en voyant toutes ces étoiles que mes yeux ne distinguaient pas !

Plus tôt dans l’après midi, j’avais repéré un endroit et l’heure idéale,  grâce à une application sur mon téléphone qui montre la position des étoiles, où je pourrais photographier la voie lactée arrivant de derrière les pics culminant à plus de 5000 mètres d’altitude.  Il fallait juste espérer  que la météo soit coopérative.

Voici quelques applications très utiles pour vous aider à anticiper la position de la voie lactée : Star Walk 2, Skysafari, Skyview… à vous de faire votre choix.

Le matériel

Le matériel, pour photographier les étoiles, est primordial ! Gants, bonnets, chaussettes étaient tout d’abord nécessaire à cette prise de vue !

Plus sérieusement, un objectif lumineux est idéal (f/2.8 minimum) avec une focale plutôt courte (24mm +/-) pour éviter d’avoir des étoiles en mouvement comme la terre tourne ! Aussi, un trépied est absolument nécessaire car nous utiliserons des temps de pose long, de plusieurs secondes. Enfin, une télécommande est recommandé pour éviter d’utiliser le retardateur.

La technique

Assurez vous que vos images sont en RAW pour éviter toute compression des images et pertes de détails (des petites étoiles) dans votre image. En mode manuel, habituellement je monte mes ISO à 3200, et choisis une grande ouverture vers f/2.8 ou plus grande en fonction du matériel.

Ensuite, le temps de pose doit être ajusté pour obtenir une exposition correcte. Attention, ici le temps de pose ne peut pas être trop lent, sinon vous vous retrouverez aves une étoile en forme d’ovale, un début de filé et perdez les étoiles ! Pour connaitre le temps de pose, la “règle des 500” est utile à connaître. Le temps de pose est égal à 500 divisé par la longueur focale de votre objectif.

Règle des 500 Focale (appareil plein format) Temps de pose maximal
500 / 16 mm 31s.
24 mm 20s.
35 mm 14s.
50 mm 10s.
85 mm 5s.
135 mm 3s.

 

Tous les réglages sont prêts, il vous faut maintenant composer en gardant un élément terrestre dans votre plan et ne pas oubliez les règles de composition comme notamment la règle des tiers. Ensuite, il vous faut faire votre mise au point. Sur votre objectif lumineux vous pourrez vous aider de la position infini de la bague que vous réglerez en position manuel car la mise au point automatique ne fonctionnera pas. Parfois, de la position infini, d’un constructeur à l’autre, il ne faut pas hésiter à revenir d’un millimètre en arrière pour que la photo soit bien nette.

Enfin si vous souhaitez avoir un premier plan assez proche qui soit net,  il vous faut faire la mise au point sur ce premier plan en vous aidant d’une lampe torche par exemple. En utilisant, une focale de 24mm vous pourrez à la fois avoir le premier plan net et les étoiles aussi à condition de faire la mise au point en connaissant la distance d’hyperfocale qui permet d’avoir la netteté de la moitié de cette distance jusqu’à l’infini. (par exemple, avec une mise au point faite à 8m avec un objectif de 24mm ouvert à F2.8 vous aurez votre sujet net ainsi que les étoiles).

Focale

(appareil plein format)

Ouverture f/N
f/2 f/2.8 f/4.0
16 mm 6m 4m 3m
24 mm 11m 8m 6m
35 mm 24m 17m 12m
50 mm 49m 35m 25m

 

J’étais donc en place en ayant lesté un peu mon trépied avec mon sac à dos à cause du vent glacial. Mon premier plan était dans mon cadre inférieur gauche à une dizaine de mètre, la mise au point faite à peut près dessus comme je photographiais avec mon 24mm à f/2 (hyperfocale de 11m) et la voie lactée dans l’autre partie de l’image équilibrant l’image parfaitement. 8 secondes plus tard, après le temps de pose, la surprise était de taille. J’étais tellement surpris de voir autant de détail dans le ciel ! Plus difficile, allait être la nuit passée sous la tente à cette altitude !

Information à la prise de vue

Appareil Photo: Canon EOS 5D3
Objectif: Sigma 24mm f/1.4

Mode: Manuel
ISO : 3200
Ouverture : f/2.0
Vitesse : 8sec
Focale : 24mm
Dévelopement: Adobe Lightroom

%d blogueurs aiment cette page :